Charpente traditionnelle

Le choix d'une charpente se fera en fonction de vos besoins (combles aménagés, aménageables ou perdus, etc.), en fonction de votre budget et devra également respecter les consignes architecturales et les règles d'urbanismes.

Ainsi, vous pourrez choisir entre une charpente traditionnelle, une charpente fermette ou encore une charpente toit plat. Chacune d'entre elles exige une technique particulière.

La charpente traditionnelle est la charpente la plus courante dans les constructions anciennes :

elle est constituée de gros bois (très résistants au feu), assemblés sans connecteur.

La charpente traditionnelle se compose de plusieurs éléments :

  • la ferme (structure porteuse) ;
  • les pannes qui s'appuient sur la ferme ;
  • les chevrons : ils sont cloués sur les pannes, posés dans le sens de la pente et écartés de 40 à 60 cm ;
  • les liteaux et voliges, dont le rôle est de supporter la couverture.

Dans quel cas a-t-on recours à la charpente traditionnelle ?

Cette charpente représente toute la qualité du travail artisanal du charpentier et mérite d'être laissée apparente. En effet, ce type de charpente est particulièrement esthétique. Tous les types de toitures sont envisageables : la charpente traditionnelle a une conception relativement souple qui permet de nombreuses dimensions et de nombreux styles. Les cotes doivent cependant être prises avec beaucoup de précision.

Le plan de l'architecte comprendra :

  • Le type de couverture : tuiles, ardoises, tôles, etc.
  • Le type de charges : région neigeuse, venteuse, etc.
  • Les cotations horizontales.
  • La hauteur des murs porteurs.
  • Une vue du dessus.
  • Une vue des combles.
  • Une vue de chaque façade.
  • Les cotes des futures ouvertures (fenêtres de toit, cheminée, escaliers, etc.).
  • Le détail des particularités (débords, murs non-parallèles, porches, etc.).